Bienvenue à Martin Coiteux, une personne qui sait compter

Je vous avais promis un coquetel des statistiques sur les séances du conseil des villes liées et de l’agglomération de Longueuil, mais le remaniement ministériel du premier ministre Couillard vient bousculer l’ordre des choses.

Ainsi, M. Pierre Moreau quitte le poste de ministre des Affaires municipales et de l’occupation du territoire. Il est remplacé par M. Martin Coiteux qui était le ministre responsable de l’Administration gouvernementale et de la Révision permanente des programmes et Président du conseil du Trésor. En plus M. Coiteux sera chargé de la Sécurité publique, pavant la voie à une fusion de ces deux ministères. Est-ce par gain d’économie d’échelle qu’on souhaite fusionner ces deux ministères?

Je n’ai rien de très pointu à partager avec vous sur le profil de ces deux ministres. La presse écrite et électronique fait un travail remarquable de couverture journalistique et d’analyse sous toutes les coutures. Pour ceux qui me connaissent, ils savent que je suis un homme de chiffres. Entre un avocat qu’est Pierre Moreau et un économiste qu’est M. Martin Coiteux, je préfère l’économiste, car l’économiste compte sur ses chiffres sans maux tandis que l’avocat compte sur ses mots pour bien des maux. Ainsi, si je discute avec un économiste, il ne peut pas se défiler devant les chiffres tandis qu’un avocat réussira à compter sur ses mots pour se défiler devant les chiffres, bien entendu sans plaider son manque de littératie mathématique ou financière, qui lui ferait honte.

Ce qui m’a interpellé aujourd’hui, ce sont les commentaires colligés par le journaliste Vincent Larouche de La Presse auprès de personnes connues, du passé et du présent : Mme Louise Harel, M. Yvon Picotte, M. Denis Coderre, M. Pierre Bélanger et M. Denis Côté.  Je vous renvoie à son article « Entre enthousiasme et méfiance ».  Chaque fois que je vois écrit le nom de Mme Louise Harel, je cours à la lecture. Pour ceux qui ont moins de cheveux gris que moi, Mme Louise Harel a été la marraine de fusions municipales dans le gouvernement du Parti Québécois de l’époque, tandis que M. Jean-Marc Fournier, toujours sous les feux de la rampe politique, a été le parrain des défusions municipales pour le Parti Libéral et la création notamment de l’agglomération de Longueuil.

Dans cet article, Mme Harel s’oppose vivement à la fusion des deux ministères. Je cite l’article :

« C’est absurde, c’est antinomique ! Ce serait un choc des cultures incroyable. Il y a une incompréhension de ce qu’est le monde municipal dans ça », lance d’emblée l’ex-ministre.

Mme Harel croit en un ministère des Affaires municipales touche-à-tout.

« La sécurité est une dimension parmi de très nombreuses autres dimensions de la vie municipale, comme les loisirs, la culture, le tourisme, l’environnement, l’assainissement des eaux, le logement social, l’agriculture urbaine, le transport. La spécificité du monde municipal c’est d’être extrêmement généraliste. Même l’idée de confier à un seul ministre les Transports et les Affaires municipales, comme l’a fait Pauline [Marois], je ne trouvais pas que c’était une bonne idée », dit-elle.

Quelle belle musique à mes oreilles, mais qui doit être discordante aux siennes, car elle se contredit avec son chant passé des fusions. « Il y a une incompréhension de ce qu’est le monde municipal … » clame-t-elle haut et fort. Pourtant, Mme Harel a fait la sourde oreille en 2001 quand elle martelait l’avantage des fusions et les économies d’échelles à venir. Elle voulait nous faire avaler des couleuvres. Le temps à donner raison à ceux qui s’opposaient à elle. Tiens! Aujourd’hui, elle semble être plus à l’écoute et défenderesse des problèmes que poserait la fusion d’entités de culture différente qui pourtant ne font qu’une entité en le Ministère de l’Intérieur en France depuis des lunes.

Je retourne à mes statistiques. Soyez patients! Comme je l’ai déjà indiqué, l’éditeur de ce bloque se rebelle lorsqu’on tente de lui faire gober des tableaux tout simples de chiffres.

Bienvenue encore une fois à M. Martin Coiteux, un homme qui sait compter et sur qui, j’espère, on pourra compter pour rétablir la gouvernance et l’équité dans les agglomérations du Québec, dont celle de l’agglomération de Longueuil.

Louis Mercier,
Citoyen de St-Bruno-de-Montarville

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*